Archives pour la catégorie Non classé

La terrasse des Canaux

LA TERRASSE DES CANAUX

Une installation éphémère pour la maison de l'économie solidaire et de l'innovation

PROGRAMME:
LIEU:
DATE:
MOA:
PHASE:
BUDJET:
SURFACE:

Installation éphémère
Quai de la Seine, Paris
Juillet à septembre 2017
Association Les Canaux
Appel à projet
15 000
160 m2

Conçue pour l'association Les Canaux de l'économie solidaire et innovante, cette structure en bambou accueillais de juillet à septembre 2017 le public sur le quai de la Seine à Paris XIXe.

Construite par Bambouscoopic, société coopérative d'intérêt collectif basée en Touraine, cette structure couvrait 160 m2 en s'adossant à la façade du pavillon de  l'administration des Canaux de Paris.

Dans une démarche d'économie circulaire et écologique, les matériaux suivants ont été mis en œuvre:

- 3 tonnes de bambous cultivés dans le sud-ouest de la France
- des  ligatures par des lamelles de chambres à air de pneus de poids lourds
- la récupération de plots béton de parking de 160kg pour lester chaque poteaux
- des panneaux d'affichage récupérés d'une ancienne exposition de la Galerie de l’Évolution
- et 2 cuves de transport de ketchup de 1000 litres remplis d'eau du bassin de la Villette pour lester les bâches réemployées

Merci à toute l'équipe des Canaux pour leur accueil, à François Puech et tous les courageux monteurs qui ont participé à la réalisation de l'installation.

 

Mobilier de Prémices&Co
Construction et production bambou: Bambouscoopic
Photographies: François Flohic, Cecilia Almiron Rivaz, Margaux Olivré, Lucien Puech

 

GOUTTE-A-GOUTTE

GOUTTE-A-GOUTTE : LA BIBLIOTHÈQUE HYDROPONIQUE

Une riche collection de chlorophylle

Goutte-à-goutte, la bibliothèque hydroponique  est une pièce de mobilier d’une telle ampleur qu’elle crée un jardin. Déclinaison de l’étagère à plantes, elle présente en intérieur une série d’espèces végétales classifiées.

Goutte-à-goutte est une bibliothèque vivante que l’on peut librement consulter en flânant. Ses limites spatiales créent un environnement qui invite à la pause.  

Goutte-à-goutte est un dispositif expérimental de culture hydroponique. Différents substrats adaptés accueillent les plantes dans des fioles en verre alimentées en liquide nutritif par percolation. L’eau s’écoule d’une plante à l’autre et est récupérée pour être traitée et réinjectée dans le réseau.

Goutte-à-goutte est une fontaine procurant un rafraîchissement aux plantes comme aux habitants. Sa petite musique, son petit glouglou, le flip flap flop de l’eau qui circule, donne le rythme du temps comme un sablier le mesure.

Goutte-à-goutte est un objet lumineux qui reflète les rayons solaires. Il offre un gain en lux important à la pièce où il est installé.

Goutte-à-goutte est un filtre atmosphérique par photosynthèse traitant l'air de l'espace intérieur. Le confort respiratoire des habitants en bénéficie.

Goutte-à-goutte propose une immersion dans un système de culture contemporain. De manière pédagogique, il ouvre la curiosité sur un vaste champ allant des nouvelles technologies de production maraîchère, à la micro-irrigation des terres arides du Sud, de la recherche de nourritures adaptées aux voyages spatiaux, aux fermes verticales des mégalopoles.

 

LOWER EAST SIDE TWISTING CONDO’S

LOWER EAST SIDE TWISTING CONDO'S

Une exploration de l'horizon new yorkais / Exploring NY' skyline

PROGRAMME:
LIEU:
DATE:
MOA:
PHASE:
BUDJET:
SURFACE:

Programme mixte
New York City
2015
-
Recherche
-
-

Une exploration du paysage new-yorkais et de la capacité  d'une tour d'émouvoir, par le contraste des différentes échelles, du piéton à l'horizon lointain, vue depuis Lower East Side.

Ce projet de recherche organise une complexité programmatique nécessaire à la richesse de l' hyper centre new-yorkais: un socle civique autour d'une piazza semi-couverte, accueille une bibliothèque publique et des commerces. Plus haut, une terrasse, calée sur l'altimétrie des toitures environnantes, permet l’occupation d'une nouvelle strate parallèle du tissu urbain. Un réseau de toitures végétalisées, connecte les îlots en offrant un immense espace multifonction loin des nuisances du trafic. Au dessus, les alvéoles privées du condominium s'élèvent en un bouquet d'appartements s’enlaçant autour d'une artère de jardins d'hivers.  Volumes tampons filtrants, ces pièces semi-extérieures superposées permettent la jouissance d'un paysage vertigineux.

L'exercice formel et typologique est délibérément grandiloquent, son architecture est révélatrice de l'âme du quartier de Lower East Side à Manhattan, au croisement de Ludlow Street et de Broome Street.

 

 

 

UN STUDIO

UN STUDIO

Un pied à terre cosy

PROGRAMME:
LIEU:
DATE:
MOA:
PHASE:
BUDJET:
SURFACE:

Rénovation d'un appartement
Charenton-le-Pont (94)
Mars 2016
Privé
Mission complète
35 000
26 m2

Ce deux pièces décati de 26 m2 nécessitait une rénovation. Orienté au sud sur cour, disposait d'une cuisine bar encombrante au milieu du séjour ainsi que d'une petite pièce d'eau très mal agencée.

L'intervention consiste en la création d'une nouvelle salle d'eau avec un WC séparé dans une bande prise sur la surface de la chambre. Une nouvelle cuisine est aménagée dans l'ancienne salle d'eau. L'intégration de rangement et de placards dressing permet de minimiser les meubles nécessaires.  Le travail de menuiserie en placage chêne confère au nouvel intérieur une atmosphère chaleureuse et chic.

Studio-plan_Lucien-Puech-Architecture

cuisine2 

Tête-de-lit

 

 

Tête-de-lit2

UN DUPLEX

UN APPARTEMENT DUPLEX

La Capitale vue de haut

PROGRAMME:
LIEU:
DATE:
MOA:
PHASE:
BUDJET:
SURFACE:

Aménagement intérieur
Paris Xe
Février 2016
Privé
Mission complète
nc
140 m2

Rénovation et aménagement d'un appartement duplex de 140 m2 bénéficiant d'une vue dégagée sur l'horizon.

PROJET EN COURS

Axo-Option-Luxe

ART GALLERY

MW ART GALLERY

Une galerie d'art à Louisville

PROGRAMME:
LIEU:
DATE:
MOA:
PHASE:
BUDJET:
SURFACE:

Une galerie d'art contemporain
Evansville, Indiana, USA
Novembre 2013
Infinite Competition Haynie's Corner
Appel à idée
nc
850 m2

LE LIEU DU RUISSEAU

NAOS_C

LE LIEU DU RUISSEAU MURMURANT

Une installation éphémère hommage à la culture du jardin zen japonais

PROGRAMME:
LIEU:
DATE:
MOA:
PHASE:
BUDJET:
SURFACE:

Jardin éphémère
Québec, Canada
juin 2015
Festival des jardins de Grand-Métis
Appel à projet
10 000 CAD
300 m2

Jardin zen

AXO-BOIS

Un jardin zen comme espace de méditation et d’interaction collective.

L’eau constitue l’une des plus puissantes énergies de la biosphère. Le lieu du ruisseau murmurant lui rend hommage. L’ expérience qu’il propose activera les 5 sens. L’installation s’organise à l’intérieur d’une colonnade de barils de récupération marquant le premier plan. Ces cercles d’eau suggèrent un temple en ruine où une nature aux couleurs vives à repris ses droits.

Une enveloppe composée de rigoles en bois irrigue des plantes aquatiques québécoises. Réalisées avec des planches de longueurs standards, ces canalisations inclinées se superposent en quinconces. Aux interstices, l’eau s’écoule en cascade vers le niveau inférieur. Plusieurs clapets, installés dans les rigoles, permettent la déviation du circuit d’eau vers les barils de fleurs. L’animation de la façade varie ainsi au gré du nombre de visiteurs les manipulant. Au cœur du temple ainsi formé, repose un naos de mousse. Le visiteur s’y laissera bercer par le bruit du ruisseau.

AXO-GENERALE_color

BOULON-roses

IMG_3051

VUE-BIDON

VUE-DETAILLe-lieu-du-ruisseau-murmurant_Page_3

DON’T TELL MY HORSE !

FAV_cover

DON'T TELL MY HORSE !

Festival des Architectures Vives de Montpellier

PROGRAMME:
LIEU:
DATE:
MOA:
PHASE:
BUDJET:
SURFACE:

Installation éphémère
Musée Fabre, Montpellier (34)
Du 12 au 16 juin 2013
Festival des Architectures Vives FAV
Mission complète
2000 euros
35 m2

Pour la première fois, une architecture vive investit l’atmosphère feutrée de la cour de l’hôtel Sabatier d’Espeyran. C’est une construction de bottes de paille telle qu’on en croise remorquée par les tracteurs sur les départementales. Un mur en dégradé de paille  alterne pleins et vides, pesanteur et légèreté grâce à des pièces de bois intercalaires qui sanglent les ballots.

Témoin de l’image du Montpellier d’autrefois, des cartes postales sont rééditées et offertes comme médium de transmission. Objets à voyager, elles nous évoquent le temps des voitures à chevaux et invitent les visiteurs à la nostalgie. Au fond de la cour, le mur se transforme en cabinet d’écriture où l’on peut s’asseoir ou s’allonger le temps d’inscrire un message destiné au promeneur suivant. Un moment de pause propice au souvenir et à la contemplation de la superbe façade du musée Fabre.

Le projet a reçu le Prix spécial du jury.

Logo festivallogo-LM-150dpi     logo-PURE-IMPRESSION-Q

 

For the first time, the FAV offers the opportunity to invest the hushed atmosphere of the Hôtel Sabatier d’Espeyran. The Montpellier Museum of Decorative Arts, part of the famous Museum Fabre, guests our architecture installation in its small 10 per 3.5 meters courtyard. Based on the festival’s topic “Reminiscence”, the work invites visitors to remember with nostalgia the horse carriages time and to consider the evolution of cities’ landscape since.
“Don’t tell my horse” is a scenography made out of straw bales similar to those one can find towed by tractors in the countryside.  The wall construction, made up with 50 straw bales tied together by natural jute webbings and wood spacers, alternates full and empty, lightness and weight. People are welcome to write a memory on postcards picturing old Montpellier, comfortably seated on a straw couch, inspired by its odor and a sound record of horses. Once pins on the wall, postcards are left to be read by next visitors. 3,500 people have discovered this construction during the festival and have written more than 850 messages.
The installation creates a surprise by the use of this rustic material in such a delicate setting and offers a rest in the exhausting city.

_23B7868Copyright-Lucien-Puech-fav-2013-Axo

_23B8629

_23B8644

_23B7858

_23B8547

Cartes-postales-anciennes-montpellier

UN PAVILLON

RESTRUCTURATION D'UN PAVILLON

Il a tout d'un grand !

PROGRAMME:
LIEU:
DATE:
MOA:
PHASE:
BUDJET:
SURFACE:

rénovation d'un pavillon
L’Etang-la-ville (78)
Juin 2015
privé
Mission complète
195 000 € ttc / travaux
80 m2

Cette maison de 1935 se situe à la lisière du coteau de l’Etang-la-Ville. Sa parcelle étroite et profonde présente un dénivelé qui organise un jardin bas sur rue et un jardin haut, dont la pente se prolonge jusqu’en fond de parcelle. La végétation y est dense, certains arbres touchent les fenêtres et les primevères tapissent le sol au printemps. Quatre pièces carrées, d’une surface totale de 37m2, surmontaient le garage dont le sol était en terre battue. Le bien s’avérait trop petit et ne présentait pas le confort attendu. La propriétaire souhaitait agrandir le volume habitable et le connecter directement au jardin arrière pour profiter pleinement de la nature. Appréciant la meulière de son sous-bassement et les ornements typiques des années 30, elle voulait tout en modernisant l’aspect conserver le charme de son époque. Nous avons invité la propriétaire à transmettre sa sensibilité et ses besoins au travers d’images de références et de textes pour constituer la matière d’un projet de réhabilitation. S’est ainsi défini le programme qui comprenait notamment, un atelier pour peindre, une pièce dédiée à la méditation et une chambre perchée dans les arbres. Elle souhaitait que l’ensemble soit agencé dans un espace intégralement ouvert tout en créant des coins cosy.

Plutôt que de proposer une extension, notre démarche a été d’investir l’intégralité du volume existant comprenant le niveau de garage, le niveau habitable et la surface du comble. Le projet architectural s’est construit en sculptant des sous-espaces à des hauteurs différentes, en prenant soin à leurs proportions et à leur fonctionnalité tout en offrant une véritable continuité spatiale. La cliente a été convaincue du projet en découvrant la solution en maquette.

La nouvelle surface habitable est de 80 m2. Le projet met en relation directe quatre niveaux en organisant un jeu de volumes double hauteur imbriqués les uns dans les autres. L'atelier, le lieu de méditation et une buanderie ont été aménagés dans l`ancien garage, tandis qu`une chambre et une salle de bain ont été installés sur un plancher créé afin d’investir le volume du comble. Une plateforme en bois, construite en demi niveau relie l’atelier en rez-de-chaussée au premier étage où s’organisent cuisine, séjour et salle à manger. Les lames en bois de la plateforme d’entresol se prolongent à l’extérieur en terrasse. Un meuble garde corps en chêne acier et vitrage opalescent, dessiné sur mesure, entoure le vide de l’entresol.

Aux différents niveaux de sols s’ajoutent des hauteurs différentes de plafonds. Chaque sous-espace est ainsi qualifié par une hauteur qui lui est propre au sein du volume unique. Du sol au ciel, la maison se découvre en traversant des ambiances différentes. Des matériaux naturels, essence de chênes, IPE, acier vernis ont été privilégiés pour assurer une base intemporelle et chaleureuse. Quelques touches de couleurs sont apportées par les teintes de peinture et les faïences. Le parcours de la maison s’achève dans la salle de bain perchée dans le ciel. Au sol un tapis de carreaux de ciments au motif floral rappelle poétiquement les primevères du jardin. Les tons sur tons de bleu se déclinent du sol au plafond. Le grand vélux apporte quant à lui une lumière intense et la dernière touche de bleu, celle du ciel. Avec G. Morice, architecte dplg

IMG_6781

IMG_6811

IMG_6774

IMG_6815

IMG_6755
Vaisselier sur mesure avec des tablettes de chêne massif et des carreaux de verre laqué blanc coulissantsPANAM-architectes_Etang-la-Ville

LES FLEURS MAUDITES

Les-Fleurs-maudites_Chaumont_©francois_Flohic_800px

LES FLEURS MAUDITES

Jardin éphémère suivant la thématique "Les sept péchés capitaux"

PROGRAMME:
LIEU:
DATE:
MOA:
PHASE:
BUDJET:
SURFACE:

Installation temporaire
Chaumont-sur-Loire (41)
25 avril au 15 novembre 2014
Domaine régional de Chaumont-sur-Loire
Festival International des Jardins
29 000 €
250 m2

L'usage de plantes, psychotropes, narcotiques, enthéogènes, servent depuis la nuit des temps à apaiser la colère des hommes : face à l'injustice, l'impuissance, elles invitent à dépasser l'immanence, elles ouvrent sur un ailleurs porteur de réconfort, d'oubli ou de rédemption. Pourtant, leur sort n'est pas enviable : réprimées, interdites, réglementées, détruites, elles sont elles-mêmes victimes de l'injustice des hommes, et nourrissent une légitime colère.

La colère des plantes maudites, utilisées par les sorcières, les marginaux, les animistes, nous rappelle ainsi que les plantes aussi peuvent être frappées de prohibition, comme le houblon pour des raisons morales, le chanvre pour des raisons commerciales, la jusquiame ou l'absinthe pour leurs propriétés délétères, la datura pour son pouvoir hallucinogène, ou encore la moutarde pour ses propriétés aphrodisiaques, qui invitent à la luxure et au péché. L'histoire de ces plantes et des anecdotes à leur sujet sont présentées sur des panneaux installés le long du parcours.

La composition de ce jardin met en lumière l'enfermement qui frappe ces plantes, et met en scène un chemin sinueux et labyrinthique dans lequel le visiteur s'engouffre jusqu'à se retrouver lui-même enfermé dans une impasse où s'élève un arbre épineux. C'est une invitation à réfléchir sur l'injustice de la séparation arbitraire imposée par les barrières, barbelés, frontières. Un grillage sépare le visiteur des plantes présentées et l'empêche de les approcher.

Le chemin est composé d'éléments classiques revisités et comme déformés par un accès de colère. Le plancher est en chêne de pays déclassé. Évoquant des terrains délaissés urbains, le grillage qui s'oxyde, se déchire par endroit et dessine des vagues. La géométrie organique des limites, d'abord ouverte vers le ciel, puis de plus en plus englobante, perturbe la perception spatiale du visiteur.

Avec Charlotte Trillaud, texte et botanique et Jean-François Jousse, ferronnerie; Christophe Gaussens, Eric Branthomme et Nicolas Gommet, platelage bois;  Mickaël Auzereau, Jérôme Vincent; serrurerie, Christophe Marchadier, paysagiste.

©LucienPuechArchitecture_Master-Plan ©LucienPuechArchitecture_Section

A little further comes Charlotte Trillaud and Lucien Puech who remind us that the plants of our addictions--and our addictive obsessions--are ever ready to imprison us in a winding labyrinth of frustration. But just as we are imprisoned within a chain-link fence, so two are the psychotropic plants (smoked, masticated or applied to the flesh) that with modest usage might help us to break through the barriers of our suffering.

The Huffington Post, 6 juillet 2014

Les-Fleurs-maudites_Chaumont_©francois_Flohic_004

 

©LucienPuechArchitecture_Axonometric-View-C

 

Les-Fleurs-maudites_Chaumont_©francois_Flohic_013

Les-Fleurs-maudites_Chaumont_©francois_Flohic_029

C'est pourquoi je déchire votre toile pour que votre colère vous fasse sortir de votre caverne de mensonge, et que votre vengeance jaillisse derrière vos paroles de "justice".

Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche

Les-Fleurs-maudites_Chaumont_©francois_Flohic_035

Les-Fleurs-maudites_Chaumont_©francois_Flohic_003

 

Les Fleurs maudites:

Artemisia absinthium

Agave tequilana

Amaranthus caudatus

Angelica archangelica

Atropa belladonna

Cannabis sativa 'Santhica 27'

Silybum marianum

Datura stramonium

Datura metel 'Purple'

Datura inoxia ' Trompette du Diable'

Digitalis purpurea 'Camelot'

Galeopsis tetrahit

Hierochloe odorata

Humulus lupulus 'Aureus'

Ilex meservae 'Blue Angel'

Ipomoea purpurea 'Morning Glory'

Hyoscyamus niger

Solanum nigrum

Sinapis alba

Ophiopogon japonicus

Papaver somniferum album

Vitis riparia x labrusca 'Noah'

Conium maculatum

Verbena officinalis

Ricinus comunis 'Carmencita'

Rubus fruticosus

Rosa X 'Black Baccara'

Lonicera japonica

Nicotiana glauca

Valeriana officinalis

 

Les-Fleurs-maudites_Chaumont_©francois_Flohic_037

©LucienPuechArchitecture_Axonometric-View-A

Les Fleurs Maudites, a metaphor for wrath, where narcotic and hallucinogenic species grow behind prison-like wire fences

The Telegraph, 21 mai 2014

Les-Fleurs-maudites_Chaumont_©francois_Flohic_059

Le chantier